La Fonderie du Poitou Fonte a rétabli la confiance

La Fonderie du Poitou Fonte produit des carters moteurs en fonte pour l’automobile à Ingrandes. Emblématique de l’industrie mécanique de la Vienne, la Fonderie du Poitou avait été scindée en deux entités, Alu et Fonte, avec la cession du pôle aluminium de Teksid (groupe Fiat) en 2002. La première, reprise par Saint-Jean Industries en 2012, a décroché de nouveaux marchés. La seconde a été cédée au printemps 2014 à Jérôme Rubinstein et Franco Zaccomer, qui ont racheté la majorité du capital à Teksid, lequel en a conservé 26 %. Elle avait connu de sérieuses difficultés de 2008 à 2010 et ne parvenait pas à retrouver le chemin de la rentabilité. De plus, elle subit encore la baisse des ventes des donneurs d’ordres Fiat, Renault et Suzuki.

Les dirigeants de la Fonderie du Poitou Fonte affichent cependant de solides ambitions. Aujourd’hui, la société affiche une très nette amélioration de sa situation. Elle déclare avoir rétabli la confiance de ses partenaires et a renégocié certains contrats pour ajuster ses prix et optimiser ses achats. Elle a aussi investi dans la remise en état et la modernisation de l’outil industriel et a veillé à l’amélioration de la qualité. Surtout, elle a misé sur le dialogue social avec ses 415 salariés pour améliorer la productivité, avec des résultats au-delà de toute espérance.

La fonderie créée en 1978 par Renault a réalisé 83,2 M€ CA en 2013 et a produit 58 619 tonnes en 2014 pour une capacité de 80 000. Elle exporte 60 % de ses volumes. Elle devrait fabriquer prochainement une version allégée du moteur Renault K9 et pourrait élargir son portefeuille de clients.

Laurent Kaczmarek

Principales sources utilisées :

Nouvelle République

Réagir à cet article

comment-avatar

*